ILS PARLENT DE NOUS

MjAyMTA4MWIzZGRhNzdlMDBhY2ZjN2ExODVjYmFjN2YzZjgwMDM.jpg

Une aventure démarrée en 2009
L’aventure, démarrée timidement et en toute confidentialité en 2009, se poursuit avec un contact favorable auprès de l’école agroalimentaire Oniris qui valide le projet avec un dépôt de brevet dans la foulée à l’INPI (Institut national de la propriété industriel).
Koriya Kourouma parvient ensuite à trouver un producteur de lait dans le Maine-et-Loire pour le lancement d’une fabrication dans les normes sanitaires. « C’était déjà un grand pas et même si la production était encore limitée, elle a permis de démarrer la vente directe et de tester la boisson auprès de la clientèle de la brasserie de la Divatte et deux épiceries fines. Les retours étaient bons et m’encourageaient à me lancer vraiment à un niveau professionnel », raconte Koriya Kourouma. Le Kory milk, nom de départ facilement trouvé, restera bien sûr la marque personnelle de fabrique.

300 bouteilles par mois
En 2011, c’est une véritable reconversion qu’engage Koriya Kourouma en recourant à une étude de marché réalisée par les étudiants du professeur Stéphane Gouin, maître de conférences à l’université de l’agro-campus de Rennes. « Cela permet une fabrication à plus grande échelle, d’environ 300 bouteilles par mois. Mieux encore, la Banque publique d’investissement m’apporte un soutien de 2 000 € avec signature d’un contrat. »
Depuis le printemps 2021, Koriya Kourouma, autoentrepreneuse de 50 ans, accède au statut d’artisane et entrevoit l’avenir avec sérénité : « Plus de 200 personnes me font confiance et achètent la boisson qui sera maintenant présente dans une vingtaine de magasins, avec les étiquettes officielles depuis la mi-juillet. Elle a été testée et on lui a attribué le nutriscore B. »


Site internet :
www.kory-original. La bouteille de 25 cl de Kory milk est vendue 2,90 €

logo presse Ouest-France quotidien régional francais